Retenir – Ch3 Les échanges économiques

PDFImprimer

Economie

Chapitre 3
Comment les choix économiques conduisent-ils à l’échange ?
Ce que je dois connaître à la fin du chapitre
Mettre en évidence les avantages de la spécialisation ; Déterminer la spécialisation selon la loi des avantages comparatifs ; Distinguer les fonctions de la monnaie et apprécier sa nécessité dans les échanges ; Situer les agents dans le circuit économique ; Distinguer les flux par leur nature ; Distinguer les types d’opérations dans le circuit économique.

Notions : spécialisation, échange, prix, interrelations entre agents économiques, fonctions de la monnaie, circuit économique

Retrouvez l’ensemble des notions abordées dans les ressources de cours ici !

Rappel

Nous venons de définir la notion d’agent économique et nous avons observé leur fonction principale (consommer, produire, etc.).

Nous avons également opéré un classement de ces différents acteurs selon leur fonction principale (ceux qui consomment seront dans la catégorie ménage par exemple).

Par ailleurs, nous avons constaté que notre économie actuelle était composée d’une multitude d’acteurs. Voyons à présent qu’est-ce qui les relie, quelles relations les acteurs établissent-ils entre eux.

1 – Pourquoi les agents économiques échangent-ils ?

L’économie actuelle est composée d’un grand nombre d’acteurs. Ces mêmes acteurs réalisent des choix économiques comme consommer, produire par exemple. Ces choix conduisent naturellement à l’échange. En effet, toute production est destinée à être vendu (échangée), toute consommation nécessite l’acquisition d’un bien ou d’un service et donc conduit à l’échange également.

A. La spécialisation, condition des échanges

Les choix économiques conduisent tout d’abord à l’échange

Lorsque plusieurs individus réalisent des échanges : ils fournissent des biens et des services aux autres et en reçoivent en retour. Du fait de la réalisation d’échanges, l’éventail des choix possibles pour chacun d’eux s’élargit. Ils peuvent ainsi se procurer des biens différents et donc satisfaire d’autres besoins. L’échange permet à chacun de retirer un avantage en augmentant les besoins satisfaits.

L’échange apparaît donc comme un moyen de pouvoir satisfaire l’ensemble de ses besoins.

L’échange nécessite la spécialisation

Constat :

Les individus et les groupes procèdent à l’échange pour se procurer les biens qu’ils ne fabriquent pas.

Très peu de personnes produisent elles-mêmes les biens et services qu’elles souhaitent consommer pour des raisons de compétences, de temps et même de coût.

Aller plus loin : Produire un bien en une seule unité pour satisfaire un besoin est généralement plus coûteux que de le produire en grande quantité. On parle d’économie d’échelle lorsque la production en grand volume permet d’obtenir un coût unitaire plus faible.

Solution :

Elles vont donc se spécialiser dans les productions pour lesquelles elles détiennent un savoir-faire, là où elles sont les plus efficaces.

Grâce aux revenus acquis dans leurs activités respectives, ces personnes (enseignants, policiers, avocats, travailleurs du bâtiment, etc.) obtiennent les biens et services produits par d’autres.

Exemple :

L’argent que va générer l’activité d’un boulanger lui permettra d’acheter des biens qu’il ne fabrique pas comme un téléphone par exemple. Le vendeur du téléphone pourra à son tour acheter un bien ou un service qu’il ne fabrique pas, aller chez le boucher par exemple.

Dans un échange volontaire entre deux personnes, entre une personne et une entreprise, entre les habitants de deux pays, l’échange peut permettre d’améliorer le bien-être de l’un et de l’autre. La spécialisation des individus, des entreprises, des pays, conduit à la division du travail.

Questions avec réponses

Quel est l’intérêt pour une personne, pour un producteur de se spécialiser ?

Une économie dans son ensemble peut produire davantage quand chaque individu se spécialise dans une activité productive et échange avec les autres.

Pourquoi une personne peut produire moins qu’une autre ?

La productivité, l’expérience, le savoir-faire, l’introduction des machines, la motivation, la rémunération, la qualité de vie dans les conditions de travail, la santé, la force physique sont des éléments à prendre en compte dans la production d’un bien ou d’un service.

Pourquoi les travailleurs n’ont-ils pas les mêmes compétences ?

Chaque travailleur dispose de plus ou moins de compétences, de plus ou moins d’intelligence, de formation, de talent, de méthode, d’organisation, d’attitudes… Nous sommes dans une situation où il y a des inégalités d’instruction, de formation, de niveau de vie, etc.

Citez pour deux articles de votre choix l’origine du pays de fabrication ? Que constatez-vous ?

Les articles que l’on achète, que l’on porte, que l’on mange sont parfois originaires de pays lointains. C’est le cas de certaines denrées alimentaires, des vêtements, des meubles, des ordinateurs ou encore des véhicules.

Pourquoi certains types de biens sont produits dans certains pays ?

Le climat, la fertilité des terres, le coût des matières premières, le coût de la main-d’œuvre sont des éléments à prendre en compte dans la spécialisation d’un pays.


B. Les interrelations entre agents économiques

De l’échange et de la spécialisation des individus découlent des interrelations multiples (flux monétaires, flux réels) entre les agents économiques.

Les échanges entre agents économiques

Dans les économies modernes, les individus participent à un vaste ensemble d’échanges volontaires :

  • les salariés échangent leur travail avec leur employeur en contrepartie d’un salaire ;
  • ces mêmes salariés échangent ensuite une partie de ce salaire avec de nombreux commerçants chez qui ils achètent des biens et services ;
  • les entreprises échangent les produits fabriqués contre de l’argent qui leur permet, en particulier, de rémunérer leur main-d’œuvre (salariés) ;
  • il en est de même à la banque où l’on échange une épargne contre une rémunération.

De l’échange et de la spécialisation naissent des interrelations multiples.

Les flux entre les ménages et les entreprises

Les échanges entre deux agents, les interrelations, peuvent être représentés par des flux.

Flux définition
Mouvement, déplacement d’un point vers un autre

On distingue deux types de flux :

  • les flux réels/physiquesportent sur des biens et/ou des services ;
  • les flux monétaires correspondent aux échanges de monnaie.

Lors d’un échange, il y a le mouvement d’un bien et le mouvement en contrepartie d’une monnaie.

Des flux de sens opposé

Une opération donne naissance à deux flux de sens opposé. La plupart du temps un flux monétaire qui est la contrepartie d’un flux réel.

Exemple :

Je délivre un bien en échange de la réception d’argent (deux flux de sens opposés)

Les interrelations entre agents, le circuit économique

Le circuit économique permet de réaliser une description de l’activité économique (des échanges donc) en mettant en évidence les différents flux qui s’établissent entre les divers agents économiques (ménages, entreprises, administrations publiques, banques et assurances, associations, reste du monde).

La représentation de l’économie sous forme de circuit permet de faire apparaître les interrelations entre les divers agents économiques.

Circuit économique simplifié :

Nommer les différents flux à partir de la liste suivante

Le travail , L’épargne ou profits des entreprises, subventions

Le salaire, emprunts, services publics

La demande, emprunts des entreprises, exportation de biens et de services

L’offre, prélèvements obligatoires supportés par les ménages, recettes tirées des exportations

La valeur de la production, prélèvements obligatoires supportés par les entreprises, paiement des importations

La consommation, prestations sociales, importations des biens et des services

L’épargne des ménages, services publics

2 – Pourquoi la monnaie est-elle un instrument essentiel de l’activité économique ?

La monnaie constitue un instrument essentiel de l’activité économique. Elle permet de se procurer tout bien ou service vendu sur un marché et sert à la fois d’intermédiaire des échanges, d’unité de compte et de réserve de valeur. Elle a la propriété d’être acceptée comme moyen de paiement immédiatement et sans coût ce que le troc ne permettait pas autrefois.

A. La monnaie, intermédiaire des échanges

Les formes de la monnaie

Aujourd’hui, la monnaie se présente sous deux formes : fiduciaire et scripturale.

  • La monnaie fiduciaire se compose des pièces de monnaie et des billets de banque. La valeur faciale de cette monnaie est détachée de son coût de fabrication. La valeur des pièces et des billets ne repose plus que sur la confiance qu’ont les agents économiques dans leur monnaie.
  • La monnaie scripturale est constituée des dépôts à vue des ménages et des entreprises dans les banques. Les principaux instruments de circulation de la monnaie scripturale sont la carte bancaire et le chèque.
La fonction d’intermédiaire dans les échanges de la monnaie

La monnaie facilite les échanges en brisant le troc. Avec le troc, les produits s’échangent contre des produits. Dans ce type d’échange, l’acte d’achat et l’acte de vente s’effectuent simultanément. Le troc nécessite la rencontre de deux personnes qui désirent chacune acquérir le bien que l’autre souhaite céder. Le troc implique la « double coïncidence des besoins ».

Dans une économie monétaire, un agent peut vendre son bien à n’importe quel autre, que ce dernier ait ou non un bien à vendre.

Les biens et services s’échangent contre de la monnaie qui permet l’achat d’autres produits. Elle facilite les échanges en supprimant la double coïncidence des besoins.

La monnaie est un équivalent général. C’est un instrument de paiement admis partout et par tous en toutes circonstances.

B. La monnaie, unité de compte

La monnaie, en tant qu’instrument de mesure, constitue une unité de compte, c’est-à-dire un étalon qui permet de fixer la valeur, le prix des différents produits. Elle détermine une échelle de prix simple, exprimée en unité monétaire.

Avec la monnaie, on peut comparer facilement les prix de biens et de services différents, ce qui n’était pas le cas avec le troc, qui nécessitait l’établissement de multiples prix relatifs.

Tous les prix sont exprimés en monnaie. La monnaie comme unité de compte permet aussi de réduire les coûts de transaction.

C. La monnaie, réserve de valeur

La monnaie est un instrument de réserve de valeur car elle rend possible les transactions dans le temps. Elle est un pouvoir d’achat mis en réserve qui peut être utilisé plus tard lorsque l’on a le temps et le désir d’acheter.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *